Diawara, un petit eden caché à l'est du Sénégal

Découverte: Diawara, un petit eden caché à l’est du Sénégal

Située la région de Tambacounda, la commune de Diawara est un véritable petit paradis qui vaut le détour. Très peu connu comme destination touristique, la petite ville possède pourtant de nombreux attraits touristiques. Diawara est une ville du Sénégal oriental, située sur la rive gauche du fleuve Sénégal, à la frontière avec la Mauritanie et non loin de celle du Mali.

Avec environ 12 000 habitants, la petite commune de Diawara dont le nom fait plutôt penser à un nom de famille bien connu en Afrique de l’Ouest, notamment au Mali, fait partie de ces sites pleins de charme mais méconnus. Pourtant cette ville située dans le département de Bakel, a tout pour séduire.

La ville Sénégalaise Diawara, à l’Est du Sénégal, sur la rive gauche du fleuve Sénégal non loin des frontières mauritanienne et Malienne. C’est un village très sénégalais, très peu urbanisé et fort de ses coutumes et traditions, peuplé en majorité originaire de Soninnkés (Sarakhole) du Mali. Ces premiers habitants furent au début, les chefs du village. Aujourd’hui cette notion de chef n’a plus la même importance et c’est un maire qui a en désormais la charge. Aujourd’hui, le village compte 9 005 habitants.

« Diawara, bien que inconnue des touristes, fait partie des originalités qui pourraient constituer de nouvelles offres. Cette ville à juste besoin d’une bonne promotion pour dévoiler son charme », commente Mamadou Mareme Diop de la plateforme de voyage Jumia Travel. « Il y a énormément de belles choses à visiter en séjour dans cette ville ».

Comme toutes les villes situées sur la rive du fleuve Sénégal, les alentours de Diawara regorgent de paysages magnifiques, une faune et une flore sublimes. Une véritable immersion dans la coutume sénégalaise et des peuples Soninkés.

Le village de Diawara est la plus française des communes de Bakel, il se dit que 50% de sa population possède la nationalité française. Allez-y donc savoir pourquoi…

Histoire
Diawara est une ville composée essentiellement de Soninkés (sarakholés) à l’origine. Ses fondateurs sont les Sakho, tout juste après l’éclatement de l’empire du Ghana, les familles qui constituaient cet empire se sont dispersées dans toute l’Afrique de l’ouest. Les Sakho détiennent également le titre de Chef de Village, mais en 2002 Diawara a été érigé en commune.

Le premier maire de la commune de Diawara fut Makha Sakho, puis en mars 2009 Hamidou Koïta lui succède.
La localité a été érigée en commune en 2002. Elle est rattachée au département de Bakel dans la région de Tambacounda.

Au Sud de Diawara on a les villages de Yelingara, Manaël, Tuabou et la commune de Bakel qui se trouve à quelque 18 km de Diawara ; puis au Nord il y a les villages de Galadé, Gandé et les communes de Moudéry et Dembancane.

Lors du recensement de 2002, Diawara comptait 10 200 habitants. En 2007, selon les estimations officielles, la population s’élèverait à 20 000 personnes. Les habitants sont pour la plupart des Soninkés ; on y trouve, dans une proportion moindre des Peuls et Wolofs.

L’économie de Diawara repose sur l’agriculture et le commerce ; il y a également un apport économique considérable d’une partie de la population qui réside à l’étranger (Europe, Amérique,…). Diawara est jumelée avec la commune française de Longvic en Côte d’Or.
@IsKA
HôtelsAfrik – Actualité des professionnels du tourisme

Le partage c'est la vie !

Commentaire

comments

Post Author: Youssou Mboup